Un homme arrêté pour avoir vendu des contrefaçons de ses débuts

Un homme arrêté pour avoir vendu des contrefaçons de ses débuts

Tout l’univers de Dragon Ball a petit prix

« Dragon Ball« est une légende dans le monde du manga et de l’anime, et comme beaucoup d’entre vous le savent, la façon dont la franchise est commercialisée est presque sans fin à ce stade. Ce n’est pas pour rien qu’il s’agit chaque année de la plus grande source de revenus pour des entreprises telles que Toei Animation ou BandaiLa vérité est que TOUT LE MONDE essaie de profiter d’une manière ou d’une autre du travail d’Akira Toriyama. Il n’est donc pas surprenant que, de temps en temps. quelqu’un est pris en train de mener une « certaine » activité illégale..

Dragon Ball est contrefait au Japon

Cela dit, je vous laisse maintenant avec Le tweet de @Herms98 qui m’a informé de la dernière grande contrefaçon réalisée pour Goku et Cie :

falsification de la db

En gros, la situation autour de la contrefaçon de « Dragon Ball » est la suivante :

  • La nouvelle est que un homme de Tokyo a été arrêté pour avoir tenté de vendre une fausse copie du numéro du Weekly Shonen Jump dans lequel le premier chapitre du manga Dragon Ball a été publié.
  • L’homme en question s’est arrangé la copie sur un site web d’enchères pour un prix d’environ 1 200 $.. Ce qu’il ne savait pas, c’est qu’il rencontrerait des yeux suffisamment intéressés pour voir à travers son mensonge. ❗
  • Comment le faussaire a-t-il été attrapé ? Eh bien, parce que une partie intéressée, qui avait déjà un certain nombre de copies du numéro du WSJ en question, ont rapidement compris que ce qu’ils vendaient n’était PAS un produit officiel. ❓
  • Dans un second tweet, il aurait déclaré que certaines des choses qui trahissent la fausseté du produit sont les suivantes : un papier de production de qualité inférieure, que le volume a été collé avec de la colle et non agrafé ensemble (ce qui est apparemment la façon dont cela se fait réellement). ❌
la contrefaçon du numéro de dragon ball
Voici la couverture du volume du WSJ qui accueillait le premier chapitre officiel du manga Dragon Ball.

Je l’ai déjà vu commenté dans le sillage de cette nouvelle, mais il est vrai que le gars qui a été capable de discerner la fausse copie n’est peut-être pas moins méchant que le gars qui essayait de vendre la copie illégale. En fin de compte, c’est à cause de personnes comme la première que la spéculation finit par prendre le contrôle du marché, même si cela s’est bien passé dans ce cas. En tout cas, encore une preuve, cette fois-ci pas très agréable, du poids de « Dragon Ball » en tant que produit.

Plus de contenu lié à Dragon Ball

Tout sur God of War Ragnarok